Soins à la faune sauvage non captive : rôles des vétérinaires

Olivier Lambert et Philippe Gourlay | 12.10.2017 à 10:01:18 |
Soin d’un faucon
© CVFSE/Oniris

Le vétérinaire peut être sollicité par des clients après qu’ils aient découvert un animal sauvage. Si cette démarche semble intuitive, le praticien se retrouve confronté à la réglementation entourant le recueil de ces espèces.

L'extension des villes et villages, la démocratisation de la randonnée, des loisirs naturalistes, l'ouverture et l'accessibilité des espaces naturels aux promeneurs font que l'Homme et la faune sauvage se côtoient de plus en plus fréquemment. D'une part, ces activités anthropiques impactent largement la faune sauvage, mais  d'autre part, les animaux blessés, malades et les jeunes orphelins ne restent alors jamais longtemps sans être découverts. Chaque année, plusieurs milliers d'animaux sauvages sont ainsi ramassés. Nourrir et soigner un animal sauvage ne s'improvise pourtant pas, et trouver une personne compétente dans ce domaine devient vite la préoccupation du découvreur. Celui-ci se tourne ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Olivier Lambert et Philippe Gourlay
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK