22/12/2008 | Le Point Vétérinaire.fr

Santé publique: les inspecteurs vétérinaires en colère

Ils l’ont espéré en vain. Réunis à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon, en assemblée générale annuelle, les 11 et 12 décembre 2008, les membres du Syndicat national des inspecteurs en santé publique vétérinaire (SNISPV) attendaient de pied ferme la venue de Michel Barnier, le ministre de l’Agriculture. Ils n’ont eu droit qu’à des émissaires. Une nouvelle occasion ratée qui n’a fait qu’attiser la grogne du corps des ISPV envers leur ministère de tutelle. En conséquence,les débats ont été animés et les mots sans concession à l’égard des quatre représentants ministériels qui avaient fait le déplacement.

La chaîne de responsabilités actuelle défendue bec et ongles

Déplorant ce manque d’échange « direct » avec leur ministre, parlant de « confiance rompue », de « gouffre d’incompréhension », fustigeant des décisions prises sans aucune concertation, Benoît Assemat, président du SNISPV, s’est montré incisif. « Aujourd’hui et dans l’attente des décisions que le gouvernement doit annoncer au cours des prochaines semaines pour l’organisation de l’échelon départemental, nous considérons que la crédibilité de notre dispositif de gestion des risques sanitaires est gravement menacée. » Dans sa ligne de mire : la réforme de l’Etat qui, selon lui, ne répond « en rien aux objectifs fixés lors des travaux préparatoires conduits par les groupes d’audit mis en place dans le cadre de la réforme générale des politiques publiques (RGPP) ».
Le principal désaccord porte sur ce que les inspecteurs en santé publique vétérinaire qualifient de « point fort de l’organisation actuelle », c’est - à - dire la chaîne de responsabilités et de commandement qui s’appuie sur l’échelon départemental. Une organisation défendue bec et ongles par le SNISPV. Benoît Assemat s’est ainsi employé à démontrer tout le mal qu’il pensait de la réforme en cours, en s’appuyant notamment sur la définition des politiques régaliennes de l’Etat, sur les textes internationaux et communautaires.
Hostile à l’intégration de l’échelon régiona lvétérinaire dans la Direction régionale de l’agriculture et de la forêt (Draf), le président du SNISPV a fait valoir la nature de la politique de gestion des risques sanitaires, « totalement différente des politiques agricoles ». « La politique sanitaire n’est pas soluble dans la politique agricole », a-t-il lancé.

F Sigot

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1340

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité