Rencontres nationales vétérinaires : les praticiens restent sur leur faim, face au discours ministériel

09.10.2009 à 10:00:00 |

Le nouveau ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, a brillé par son absence lors des Rencontres nationales vétérinaires (RNV) qui se sont tenues à Nice les 1er et 2 octobre 2009.

Son directeur de cabinet, Pascal Viné, l’a remplacé au pied levé pour un discours décevant, ne répondant pas précisément aux attentes des vétérinaires sur l’acte vétérinaire, les biologistes ou encore l’ouverture du capital.

Déception. Pascal Viné n’a pas eu un mot pour les vétérinaires biologistes que Roselyne Bachelot veut évincer de la tête des laboratoires d’analyses médicales humaines. Rémi Gellé, le président du SNVEL, n’a pourtant pas manqué, dès l’entame de son discours, de relever cette mesure vexatoire. « A moins qu’il ne se satisfasse de vétérinaires rétrogradés à un statut deréparateurs d’animaux, comme il y a des réparateurs de machines à laver, nous souhaitons que notre Ministre affirme que son ministère est, lui aussi, ungrand ministère de santé publique, a-t-il lancé. Infléchissez donc le contenu des ordonnances en cours de rédaction. » Faut-il interpréter le silence de Pascal Viné comme un quitus à Roselyne Bachelot ? Au président du SNVEL qui s’inquiète de voir les coopératives agricoles avides « d’investir le capital des sociétésd’exercice libéral (SEL), malgré les incompatibilitéséthiques », il répond « je ne suis pas certain que vos craintes soient justifiées ». Là encore, que doit-on comprendre ? Que les jeux sont faits sur la nature des capitaux qui pourraient entrer au capital des SEL vétérinaires avant même toute discussion ? Et alors que le président du SNVEL redoute une mesure législative péremptoire (tel qu’un amendement) qui bâillonnerait la profession sur la définition de l’acte vétérinaire, Pascal Viné admet seulement avoir pris du retard et assure que « tous les chantiers seront menés avec les groupes de travail mis en place », mais ne répond pas à Rémi Gellé. Les praticiens présents à Nice sont restés sur leur faim.

Nicolas Fontenelle et Marine Neveux
Extrait de La Semaine Vétérinaire n°1375

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...