Réintroduction des protéines animales transformées : c’est non pour l’instant

24.11.2011 à 06:00:00 |
©

Si l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) note des progrès dans l’organisation des filières animales, elle considère, dans l’avis publié le 16 novembre 2011, « qu’à ce jour, les conditions permettant une utilisation sécurisée des protéines animales transformées (PAT) dans l’alimentation des non-ruminants ne sont pas totalement réunies ».

L’état des lieux dressé à la demande de l’Anses par le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) montre que la spécialisation des filières de production des protéines animales transformées par espèces, depuis la collecte des sous-produits animaux
servant à leur fabrication jusqu’à la livraison des aliments composés dans les exploitations, est incomplète. Les risques de contamination croisée ne sont donc pas exclus. Par ailleurs, les méthodes validées de détection et d’identification des PAT, qui permettent de caractériser l’espèce animale d’origine, ne sont pas encore toutes disponibles.

Nathalie Devos

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1472 du 25 novembre 2011 en page 20

Télécharger l’avis publié le 16 novembre 2011

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK