Qualité du médicament, la place du vétérinaire

Michaella Igoho-Moradel | 15.06.2017 à 12:11:19 |
Un vétérinaire donnant un médicament à un chien
© KatarzynaBialasiewicz – istock

De sa conception à sa distribution, la qualité du médicament vétérinaire est assurée, et ce jusqu’après sa commercialisation. Il peut arriver que des anomalies soient signalées par le fabricant à l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV). En tant qu’utilisateur, le praticien peut aussi jouer un rôle fondamental dans la détection des défauts qualité d’un produit.

La vie d’un médicament vétérinaire n’est pas de tout repos. Pour pouvoir le commercialiser, le laboratoire doit prouver que son produit est de bonne qualité. Ainsi, de la conception au lancement, l’industrie pharmaceutique vétérinaire est soumise à de fortes contraintes réglementaires. Cela passe, entre autres, par la standardisation des procédés de fabrication, qui induisent un niveau élevé de sécurité. Une série de contrôles menés tout au long de la chaîne de production permet, en amont et en aval, de garantir la qualité et la sécurité des spécialités mises sur le marché. Le problème de la qualité se pose encore autrement ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK