« Nous ne visons pas le “zéro antibiotiques” »

Michaella Igoho-Moradel | 04.05.2017 à 11:21:57 |
Olivier Debaere, chef du bureau des intrants et de la santé publique en élevage au sein de la DGAL
© Min.Agri.Fr

Olivier Debaere (DGAL) tire un bilan positif du plan ÉcoAntibio 1, en partie lié à l’implication des vétérinaires, et se veut rassurant par rapport aux objectifs du plan ÉcoAntibio 2.

Une réussite collective des partenaires privés et publics, et en particulier du binôme vétérinaire-éleveur », se réjouit Olivier Debaere, au terme des cinq années du premier plan ÉcoAntibio. Le chef du bureau des intrants et de la santé publique en élevage au sein de la Direction générale de l’alimentation (DGAL) énumère pour nous les progrès actuels et les actions à venir, avec la deuxième phase du plan. Le succès de la mobilisation Le succès du plan ÉcoAntibio est directement lié à la mobilisation des vétérinaires et des éleveurs, qui était antérieure au plan ÉcoAntibio. Elle a permis son bon déroulé et je ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK