Mieux anticiper la sécurité sanitaire des aliments

Clarisse Burger | 08.04.2015 à 16:28:04 |
Journée mondiale de la santé à Rungis
© Copyright: OIE/CBF

Pour assurer la sécurité sanitaire des aliments et appliquer les normes internationales, les systèmes nationaux de santé animale et humaine doivent se renforcer. La journée mondiale de la santé a été l’occasion de le rappeler.

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, Bernard Vallat, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), se sont réunis le 7 avril au petit matin, au marché international de Rungis, en présence de son président Stéphane Layani.

Cette journée mondiale de la santé a été l’occasion de pointer le rôle décisif des services sanitaires tant au niveau mondial que national, ne serait-ce que pour contrôler les agents pathogènes chez l’animal. Alors que la demande de protéines animales est en hausse et que des crises sévissent telles que l’épidémie du virus Ebola en Afrique de l’Ouest.

A condition d’y mettre les moyens. Les services sanitaires « bien formés, appuyés par des gouvernances et des moyens humains et financiers adéquats » sont « un prérequis pour assurer la sécurité sanitaire des aliments d’origine animale », a précisé Bernard Vallat le 7 avril.

Si la France est perçue comme un bon élève en matière de sécurité sanitaire et de maîtrise des risques tout au long de la chaîne alimentaire, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) également présente au marché de Rungis, appelle à « une vigilance face à des risques émergents, pour lesquels il reste des incertitudes scientifiques (perturbateurs endocriniens, phénomènes d’effet cocktail, etc.) ». L’agence française déplore aussi « l’absence totale de législation adéquate ou l’absence d’administration veillant à appliquer la loi, dans plus d’une centaine de pays », pourtant essentielles pour garantir la sécurité alimentaire des aliments.

Clarisse Burger
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK