Michel Baussier annonce les perspectives de l’année 2013

11.01.2013 à 06:00:00 |
©

Michel Baussier, président du Conseil supérieur de l’Ordre des vétérinaires, a présenté ses vœux à l’occasion d’une réunion désormais ritualisée, avec les représentants de la profession et les acteurs associés à celle-ci.

Michel Baussier avait annoncé une année 2012 animée, elle l’a été ! « La question première pour nous est celle de l’utilité réelle de vétérinaires dans notre monde, notamment aujourd’hui en France. Je veux revenir aussi sur le diagnostic vétérinaire qui est en réalité au cœur du métier et, du coup, au cœur de beaucoup de débats ». En effet, les orientations réglementaires de l’an passé n’ont pas toujours été rassurantes pour les confrères. Extraits.

Sociétés : des montages à suivre
Fin décembre 2012, le décret sur les sociétés de participation financière de professions libérales (SPFPL) est paru : « Ces sociétés, qui pourront constituer un vrai outil d’optimisation des entreprises vétérinaires, ne sont pas pour autant un objectif, il ne s’agit pas de les créer pour satisfaire à une nouvelle mode ! ».  Le président du CSO estime qu’au cours de 2012, « dans le cadre de la mise en application, pas toujours bien inspirée quant à l’éthique professionnelle, de cette déjà bien vieille connaissance qu’est la directive “services”, on a vu de la même manière des montages plus capitalistiques que réellement entrepreneuriaux voir le jour, dans le cadre de ce qu’il faut bien appeler une nouvelle exploitation de l’homme par l’homme ». Son message en appelle à l’éthique : « Je crois à l’argent juste en tant qu’il résulte du travail et du mérite, et non de la spéculation sur le travail des autres. Que les spéculateurs soient vétérinaires astreints au respect d’un Code de déontologie n’enlève rien à l’immoralité de certaines situations ».

Acte vétérinaire : des crispations
Des ordonnances législatives avaient marqué l’évolution de l’acte vétérinaire en 2011. Des décrets d’application étaient attendus en 2012, mais plusieurs ont tardé et font toujours l’object de débats. L’ostéopathie est notamment une réelle problématique : « Les débats se prolongent inutilement, du fait de ce qui me paraît ici une carence de l’État, et donnent à toutes sortes de lobbies les occasions répétées et lassantes de leurs tentatives variées d’influence ». La discorde ressurgit rapidement via les tiers, mais aussi au sein même de notre profession. « Faisons attention aux régressions, ne permettons pas le retour sournois des obscurantismes, ni la réinstallation de l’empirisme que nos grands anciens avaient su éradiquer. Nous pouvons et devons être ouverts à toutes les thérapeutiques, mais seulement dès lors que leurs auteurs ou promoteurs sont acquis à l’idée d’y introduire de la recherche scientifique, afin de les fonder à terme, non point sur la réputation de gourous, mais sur les preuves », a martelé Michel Baussier. Il formule alors le vœu qu’« en 2013, il faut en finir avec les décrets d’application des textes sur l’acte vétérinaire ». « Dans le même temps, au sein de la profession vétérinaire, l’Ordre peut constituer un espace d’échanges et de réflexion sur diverses médecines complémentaires, comme la physiothérapie animale ».

Médicament : améliorer les pratiques
Le débat de l’année 2013 sur le médicament a été ouvert par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, qui a fait le choix de l’inscrire dans la loi agricole d’avenir. « Il s’agira de ne pas oublier les vrais objectifs qui sont la bonne utilisation des médicaments, des antibiotiques au premier chef, sans forcément négliger les autres à l’endroit desquels des résistances sont susceptibles de se développer. Le plus souvent en utiliser moins, toujours les utiliser mieux ».

Marine Neveux

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1522 du 11/01/2013 en pages 14 et 15

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK