Médicament : affairisme fleurissant ?

02.03.2012 à 06:00:00 |
©

Des vétérinaires s’unissent pour dénoncer les dérives qui entourent la délivrance illégale et massive de médicaments.

Le décret prescription délivrance n’est pas respecté partout. L’affairisme s’égrène dans les régions. Fleurissent des structures qui n’assurent pas forcément les soins réguliers et ne respectent pas les quotas, mais qui répondent à des commandes de clients, comme une société commerciale lambda d’intrants en élevage. Les vétérinaires sont excédés par la situation de terrain relative au médicament. Fort de ce constat, une dynamique de protestation s’est enclenchée en Bourgogne. Il y a quelques mois, un groupe de vétérinaires du Charolais-Brionnais, représentant une dizaine de cabinets, s'est réuni pour protester contre la délivrance massive de médicaments, en dehors de toute légalité. Un courrier commun a été signé par les praticiens de 3 départements bourguignons (Côte-d’Or, Nièvre, Saône-et-Loire), puis adressé au préfet de département et aux directions départementales de la protection des populations. Cette démarche fait actuellement tache d’huile dans d’autres départements. Elle a été initiée dans l'Yonne, en Champagne-Ardenne, dans les régions Lorraine et Rhône-Alpes.

Le 22 février dernier, 5 praticiens nivernais ont rencontré le préfet de leur département. Ce dernier « est sensible au problème de santé publique et veut attirer l’attention des éleveurs sur la question de l'antibiorésistance, constatent nos confrères. Il est conscient et s’inquiète du danger encouru par la filière si ces pratiques de distribution des antibiotiques étaient connues des grands médias et des consommateurs. » La banalisation du médicament par les éleveurs, le conflit d’intérêts et la fragilisation du maillage vétérinaire sont également soulignés.

Marine Neveux

Voir l’article complet dans La Semaine Vétérinaire n° 1485 du 2/3/2012 en pages 14 et 15.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK