Les vétérinaires vont-ils adopter le compte épargne-temps ?

27.03.2012 à 06:00:00 |
©

Depuis début février 2012, les structures vétérinaires peuvent adhérer au dispositif du compte épargne-temps (CET) si elles le souhaitent.

Celui-ci permet d’accumuler des droits à congé rémunéré non consommé et reporté une année sur l’autre ou de recevoir une contrepartie financière. Selon la convention collective des vétérinaires salariés, tous les cadres autonomes et intégrés, en contrat à durée déterminée, peuvent ouvrir un CET. Un outil prévu pour aménager au mieux son temps de travail.
Le bénéficiaire alimente son « compte individuel d’épargne-temps » à tout moment de l’année. Il décide aussi des modalités d’utilisation. Le détenteur du compte peut y intégrer divers types de congés et de primes. De quoi indemniser une période de formation, des congés sans solde, alimenter un plan épargne d’entreprise (PEE) ou encore anticiper son départ à la retraite.
Ce dispositif légal est intéressant pour les jeunes vétérinaires qui veulent travailler plus, pour ceux qui font beaucoup d’heures supplémentaires, pour les vétérinaires ruraux notamment.

Clarisse Burger

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1488 du 23 mars 2012 en page 16

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK