Les praticiens de la région parisienne face au changement

12.11.2010 à 06:00:00 |
©

Evolutions démographiques, directive “services” ou encore politique tarifaire étaient au programme de la réunion du Syndicat des vétérinaires de la région parisienne (SVRP) le 7 novembre à Maisons-Alfort.

La profession vétérinaire est à l’abri du péril vieux. Le papy-boom n’aura pas lieu. Ou alors de manière sporadique et localisée géographiquement. Si la proportion des plus de soixante ans augmente doucement, il n’y a pas de risque de déstabilisation. Les jeunes générations, notamment les femmes, prennent peu à peu le pouvoir (les employeurs de moins de trente ans sont majoritairement des femmes) et surtout de nombreux diplômés (dont 40 % sont issus de facultés étrangères) arrivent sur le marché du travail. « Entre 2008 et 2009, le solde net positif était de 663 praticiens inscrits à l’Ordre, soit une augmentation de 5 %. Entre 1998 et 2009, la hausse est de 20 % », a détaillé le consultant Christophe Jeammot, du cabinet d’étude Pollen Conseil qui a réalisé une enquête de branche à la demande de l’Observatoire des métiers des professions libérales (OMPL).

Vers un statut de vétérinaire débutant

Mais comment absorber cet afflux de diplômés dans un marché vétérinaire atone ? Le nombre de structures qui emploient des salariés progresse (4 762, soit + 9 % entre 2005 et 2009), et plus particulièrement les très petites entreprises avec un salarié unique. « Peut-être que les jeunes diplômés travaillent moins en nombre d’heures, ce qui permet davantage d’embauches ?, s’est interrogé Christophe Jeammot, qui regrette l’absence d’outils statistiques fins dans la profession. Peut-être que de plus en plus de salariés se tournent vers le statut de collaborateur libéral ? Ou encore que l’on embauche moins d’auxiliaires au profit de jeunes vétérinaires ? »
La création d’un statut de vétérinaire débutant est étudiée par les représentants de la profession. Un statut dans lequel le jeune diplômé serait cantonné pendant cinq à dix ans, occupant une fonction double de vétérinaire et d’auxiliaire, une phase de transition en quelque sorte. « En tout état de cause, a prévenu Christophe Jeammot, un afflux incontrôlé de diplômés aurait à terme un impact négatif sur l’économie vétérinaire et le revenu des praticiens. »

Nicolas Fontenelle


Pour en savoir plus, lire La Semaine Vétérinaire n°1425 pages 12 et 13

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK