Les libéraux bousculés par Bruxelles et le numérique

Clarisse Burger | 07.12.2017 à 14:59:59 |
congrès unapl
© Philippe Garo

Plateformes numériques, professions libérales réglementées et instances européennes font-elles bon ménage au sein du marché unique ? De forts enjeux économiques, fiscaux, sociaux, mais aussi déontologiques ont été débattus à l’occasion du 40e anniversaire de l’Unapl.

Dans un marché unique en quête de croissance, les professions libérales réglementées sont au milieu du gué : avec, d’un côté, la révolution numérique qui bouleverse l’ordre établi et, d’un autre côté, un contexte politique, économique et réglementaire pas si simple à appréhender. D’une part, des plateformes en ligne se développent sur la Toile, évoluant dans certains secteurs avec un réel vide juridique, comme c’est le cas pour la télémédecine vétérinaire en France. Afin d’éviter les dérives d’“ubérisation”, l’Union nationale des professions libérales (Unapl), qui vient de fermer les portes de son 25e congrès à Paris, au Palais Brongniart, devra trouver un judicieux équilibre entre l’ouverture du marché unique (voulue par Bruxelles) et la protection de la réglementation de ses professionnels, incluant la qualité de leurs prestations. En particulier, dans le domaine de la santé.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 10-11 de La Semaine Vétérinaire n° 1743.

Clarisse Burger
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK