Les laboratoires nationaux de référence réunis à Nancy

03.10.2011 à 06:00:00 |
©

L’expertise du laboratoire nancéen reste déterminante pour le contrôle de la zoonose en Europe et au-delà.

Le Laboratoire de la rage de la faune sauvage (LRFS) de l ’Anses* à Nancy, qui regroupe deux unités de recherche (“lyssavirus” et “pathologies des animaux sauvages”), est le laboratoire national de référence (LNR) pour la rage animale**. En sus des analyses diagnostiques chez les animaux (non suspectés de contamination humaine), il étudie les lyssavirus des chiroptères et, plus récemment, ceux des chiens viverrins (vecteurs de la rage en Europe du Nord et arrivés dans l’est de la France). Doté depuis 2010 de locaux confinés de niveau 3, le laboratoire expérimente notamment la pathogénie de ces virus et la possibilité d’infecter d’autres espèces (chat, renard).

La rage reste un enjeu de santé publique

Depuis juillet 2008, le LRFS est également le laboratoire de référence pour la rage de l’Union européenne (LRUE). À ce titre, il a réuni à Nancy, le 21 septembre, les autres LNR rage européens afinn de faire un point annuel sur le contrôle de la maladie et les possibilités d’amélioration de son suivi. Encore présente sur toute la bordure orientale de l’Europe élargie, la zoonose reste un enjeu de santé publique. L’Union lui consacre annuellement 24 millions d’euros (programmes de vaccination orale de la faune sauvage dans 12 États membres). Des enveloppes supplémentaires sont destinées aux vaccinations orales le long des frontières (Ukraine, Biélorussie, Russie), ainsi qu’à un soutien à certains pays stratégiques comme les Balkans occidentaux**** qui, conviés pour la première fois à cette rencontre annuelle, ont confirmé leur volonté de collaborer avec l’Union.

Michel Bertrou

* Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail
** Il est également LNR pour l’échinococcose
*** Règlement (CE) n° 737/2008 de la Commission du 28/7/2008
**** Albanie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Kosovo, Macédoine, Monténégro, Serbie

Pour en savoir plus, voir La Semaine Vétérinaire n° 1464 du 30 septembre 2011, en page 26

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK