Les comprimés de spinosad tuent les puces en moins de quatre heures pendant un mois

31.05.2011 à 06:00:00 |
©

Pour ses premiers pas en “canine”, Elanco a choisi un marché important, mais difficile et à forte concurrence : celui des antiparasitaires externes (APE).

C’est un challenge. D’autant que le directeur de l’activité “animaux de compagnie”, notre confrère Frank Haond, réaffirme la volonté du laboratoire de proposer « des traitements innovants qui vont changer le quotidien des vétérinaires ». L’offre enAPE est de plus en plus abondante dans tous les circuits de distribution (vétérinaires, pharmaciens, animaleries, etc.). Mais le nouvel antipuces Comfortis®, que propose Elanco aux vétérinaires, présente des caractéristiques originales, à commencer par la molécule, le spinosad. En France, cet insecticide bénéficie aussi du soutien non sollicité d’un expert reconnu en dermatologie, notre confrère Didier-Noël Carlotti. Persuadé de l’intérêt de cette molécule, il en surveille le développement depuis 2007.

Une action rapide et efficace, et qui dure longtemps

Le spinosad agit vite. En moins de quatre heures après la prise d’un comprimé, 100 % des puces sont tuées. Pour Didier-Noël Carlotti, c’est l’un des atouts essentiels de la molécule. En effet, 97 % des puces commencent leur repas de sang au cours de la première heure qui suit leur arrivée sur l’hôte. Lors d’infestations expérimentales contrôlées, la prise d’un comprimé de spinosad se traduit par la mort et la chute de la moitié des puces en trente minutes, et de la totalité en quatre heures. Les dossiers d’enregistrement européens des médicaments antipuces exigent une efficacité d’au moins 95 % à quarante-huit heures, ce qui ne garantit pas une action létale rapide.
Le spinosad agit vite, mais aussi pendant longtemps. A partir de trois semaines, la rapidité de l’action insecticide à quatre heures diminue, mais elle reste au-dessus de 90 % à vingt-quatre heures pendant un mois et est supérieure à 95 % à quarante-huit heures (seuil minimal pour l’enregistrement).
L’un de ses points faibles est toutefois l’absence d’indication contre les tiques, même s’il n’est pas dénué de toute activité acaricide.

Eric Vandaële

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...