Les comportements alimentaires des Français

Stéphanie Padiolleau | 14.09.2017 à 10:54:13 |
Infographies
© La SV

Les résultats de la troisième étude INCA ont été publiés en juillet dernier. Cette étude photographie, à partir d'un échantillon représentatif de la population, la consommation et les habitudes alimentaires des français de 0 à 79 ans, ainsi leur statut pondéral et leur activité physique. 

L’étude individuelle nationale des consommations alimentaires Inca 3, vise à décrire les consommations d’aliments, de boissons et de compléments alimentaires, les apports nutritionnels en énergie, en macronutriments, en vitamines et en minéraux, mais aussi les habitudes de consommation, les pratiques d’achat, de préparation et de conservation, ainsi que le statut pondéral, l’activité physique et la sédentarité des individus vivant en France en 2014-2015. 3 157 adultes de 18 à 79 ans et 2 698 enfants de 0 à 17 ans y ont participé.
La ration alimentaire augmente jusqu’à l’âge de 55 ans, puis diminue. L’apport énergétique total suit les mêmes variations selon l’âge : il passe de 1 504 kcal/j chez les enfants de moins de 11 ans à 2 200 kcal/j chez les adultes de 18 à 44 ans, puis descend à 1 900 kcal/j chez les 65-79 ans. Les fruits, les légumes, les yaourts et fromages blancs sont trois des cinq aliments qui contribuent le plus aux rations alimentaires, complétés par les viennoiseries, les pâtisseries et gâteaux chez les enfants, et les soupes, les produits céréaliers et pains chez les adultes. 
La ration journalière et l’apport énergétique total sont plus élevés chez les individus de sexe masculin, quel que soit l’âge. Les hommes adultes ingèrent 450 g/j de plus que les femmes, et 38 % d’énergie totale en plus. Les femmes consomment davantage de viande de volaille, de yaourts et fromages blancs, de compotes et fruits au sirop, de soupes et bouillons, alors que les hommes privilégient les autres viandes, les pommes de terre et légumineuses, les produits céréaliers raffinés, les pâtisseries salées et sandwiches, les desserts et charcuteries. 3,4 % des filles versus 0,9 % des garçons, et 5,5 % des femmes versus 2 % des hommes consomment des substituts de produits animaux. 
Peu de différences sont constatées selon l’âge des enfants et des adolescents pour les taux de consommateurs et les quantités consommées, à l’exception de la contribution des boissons à la ration totale des adolescents de 15 à 17 ans par rapport à ceux de 11 à 14 ans. 4,2 % des garçons versus 0,9 % des filles consomment des boissons alcoolisées. À l’âge adulte, la contribution de l’alcool à l’apport énergétique est 2,5 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 48-49 de La Semaine Vétérinaire n° 1731.

Stéphanie Padiolleau
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK