Législatives : les confrères qui repartent à la bataille

Serge Trouillet | 01.06.2017 à 11:04:34 |
Une personne qui participe au dépouillement
© Frédéric Decante

En raison de la loi sur le cumul des mandats, de la peur du “dégagisme”, voire de la lassitude, plus d’un tiers des députés sortants ne se représentent pas en juin. L’Assemblée nationale va donc connaître un renouvellement inédit, avec notamment une place plus large faite aux candidats issus de la société civile. Pourtant, les praticiens libéraux risquent d’être représentés de moins en moins…

La profession vétérinaire, notamment dans les zones rurales, a historiquement été bien représentée au Parlement. Cela risque pourtant de bientôt ne plus être le cas, du moins à l’Assemblée nationale. Celle-ci, en 2007, comptait sept vétérinaires députés, dont six de droite. En 2012, ne restaient plus que Geneviève Gaillard (T 72), Parti socialiste (PS), et Jacques Lamblin (A 77), Les Républicains (LR), qui ne se représentent pas en 2017. À défaut d’informations plus précises, il semblerait que Bertrand Barraud (L 89), pour Les Républicains dans le Puy-de-Dôme, et Fawaz Karimet (T 83), divers gauche dans l’Aisne, soient les seuls praticiens libéraux en exercice à se lancer dans la bataille électorale en juin (encadrés). Joël Balandraud (A 99), depuis 2014 maire UDI (Union des démocrates et indépendants) d’Évron et président de la communauté de communes des Coëvrons, dans la Mayenne, sera suppléant dans la 1re circonscription de ce département. Il n’exerce plus.
Le grand chamboule-tout politique en cours et l’ouverture aux candidats de la société civile n’ont pas, semble-t-il, inspiré de vocations chez les vétérinaires ! Cela n’inspire même « rien de bon  » à Dominique Bousquet (L 78), élu tout-terrain depuis 1982 dans la Dordogne (il a même été député entre 1995 et 1997), président départemental des Républicains dans ce département : « La démocratie, ce n’est pas le parti unique. On n’a rien trouvé de mieux pour organiser la démocratie que les partis politiques. Peut-être que je suis d’une autre époque et qu’il va y avoir une vraie révolution, mais pour l’instant, j’ai le sentiment que l’on est en pleine schizophrénie. Comment comprendre que certains de nos candidats LR vont être opposés à des candidats du gouvernement qu’ils s’apprêtent déjà à soutenir ? »

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 36-41 de La Semaine Vétérinaire n° 1722.

Serge Trouillet
5 commentaires
avatar
Jean-Marc Fortané, Vétérinaire le 01-06-2017 à 22:14:52
Bonjour Je vous signale être vétérinaire candidat sur les législatives issu des mouvement citoyens après avoir approché d'une candidature à la présidentielle. Cdlmt Jean-Marc Fortané
avatar
Véronique Zenoni, Vétérinaire le 02-06-2017 à 00:57:04
Bonjour, Je suis candidate issue de la société civile, pour Europe Ecologie Les Verts, dans la 4ème circonscription des Pyrénées Atlantiques. Véronique Zenoni
avatar
Franck Lefay, Vétérinaire le 02-06-2017 à 08:48:38
Bonjour,
Mon ami Loïc Dombreval - maire de Vence dans les Alpes-Maritimes - se présente dans sa circonscription.
avatar
Nathalie MOQUET le 03-06-2017 à 08:43:37
Bonjour,
je vous signale que le me présente en tant que candidate dans la 2ème circonscription du Lot pour l'Union Populaire Républicaine, qui présente par ailleurs 374 candidats dans toute la France.
avatar
Nathalie MOQUET le 07-06-2017 à 10:08:01
De nouveau Nathalie MOQUET. ERRATUM : nous sommes 574, ce qui fait de nous le premier parti politique français en nombre de candidats pour ces élections.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK