Le pastoralisme, déjeuner débat avec Bernard Faye

12.08.2010 à 06:00:00 |
©

« Le pastoralisme est une rencontre entre un éleveur, un troupeau et un espace », a déclaré notre confrère Bernard Faye en introduction des traditionnels déjeuners débats organisés par notre confrère Jean-Michel Michaux, président de l’Istav (Institut scientifique et technique de l’animal en ville), au Bouillon Racine à Paris.

« Je suis de déformation vétérinaire, car la formation vétérinaire confine parfois à une vision donnée de l’animal », reconnaît aussi notre confrère.
À l’origine chercheur à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), puis au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) depuis une vingtaine d’années en charge des productions animales pour les pays tropicaux, Bernard Faye est aujourd’hui chercheur spécialisé sur l’élevage en milieu aride. Les voyages dans le monde entier lui ont permis de se confronter à diverses sociétés pastorales.
Notre confrère insiste sur la notion d’espace dans le pastoralisme. « C’est un espace à la fois géographique, social et économique ». Élever des animaux, c’est aussi construire une société. « On dit souvent que les sociétés pastorales sont des sociétés fragiles, de subsistance. Je n’aime pas cette notion de subsistance. » Notre confrère préfère parler de sécurisation d’un système de production.
Cette sécurisation se base sur trois stratégies : la mobilité (transhumance, nomadisme, etc.), la diversification (gérer plusieurs espèces) et la répartition des risques (dans le temps et dans l’espace, en confiant une partie de son troupeau. Ces contrats oraux, basés sur la confiance, créent des liens de solidarité entre les pasteurs).
Bernard Faye a également resitué l’impact des changements climatiques. « Si le désert avance, l’aire de répartition des dromadaires augmente ». En outre, les problèmes sanitaires et de maladies émergentes augmentent avec les modifications climatiques.

Marine Neveux

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK