Le Parlement européen pourrait se prononcer contre la vente de médicaments par les vétérinaires

09.04.2011 à 06:00:00 |
©

La commission de l’agriculture et du développement rural du Parlement européen se penchera, mardi 12 avril, sur la question de la vente des médicaments, des antibiotiques en particulier, par les vétérinaires de l’Union.

A l’origine de cet examen, un amendement (cosigné par José Bové, vice-président de cette commission) inclut dans un projet de résolution du Parlement européen sur la résistance aux antibiotiques. Celui-ci invite les États membres « à envisager de restreindre, sauf cas aigus, la vente par les vétérinaires de médicaments vétérinaires directement auprès des agriculteurs et autres éleveurs d'animaux, pour réduire la tendance à prescrire plus d'antibiotiques que nécessaire » (Amendement 50).
Si elle est votée, cette “invitation” ne comprendra aucun caractère contraignant pour les Etats membres. Cependant, les futures propositions législatives, en cours de rédaction par la Commission, auront la possibilité de s’appuyer sur cette résolution (cela n’est pas une obligation) pour mettre en œuvre des restrictions réellement contraignantes pour l’usage des antibiotiques ou la vente des médicaments par les vétérinaires.

La Fédération vétérinaire européenne (FVE) approuve la résolution proposée, mais rejette fermement cet amendement. Walter Winding, son président, rappelle que « l’interdiction de la vente des médicaments vétérinaires n’est pas la solution pour éviter la résistance antimicrobienne ». En effet, « l’expérience a montré que, dans les États membres où les vétérinaires n’ont pas le droit de vente, cela n’a pas conduit à une plus faible fréquence de la résistance antimicrobienne ».

De plus, le rapport Berenschot, qui porte sur les effets du découplage de l’ordonnance vétérinaire et de la vente des médicaments, conclut que restreindre la commercialisation des antibiotiques par les vétérinaires ne serait pas efficace. Il recommande au contraire le renforcement de la position du praticien vétérinaire comme « gardien » de l’usage des antimicrobiens chez les animaux. Verdict le 12 avril.

Karin de Lange

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK