Le nombre de foyers confirmés augmente en Europe

13.02.2012 à 06:00:00 |
©

Les études s’intensifient pour trouver des parades à l’épidémie de virus Schmallenberg.

À la demande de l’Union européenne, l’Efsa va évaluer les risques posés par le virus, et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) l’impact du virus sur les élevages.

Le nombre de foyers confirmés reste faible par rapport au nombre d’élevages suspectés, mais en absence de signes cliniques d’infection, notamment sur les ovins adultes, la maladie n’est suivie que par ses conséquences sur les fœtus.
La surveillance clinique des malformations chez les ruminants nouveau-nés a permis d’identifier 50 foyers en France, tous ovins, répartis dans 14 départements.
- 342 foyers sont recensés en Allemagne (317 ovins, 10 bovins et 15 caprins) ;
- 96 aux Pays-Bas ;
- 88 en Belgique ;
- 29 sur la façade ouest du Royaume-Uni.
Sur l’ensemble des pays touchés par le virus, 94% des foyers sont ovins.

Stéphanie Padiolleau

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1482 du 10 février 2012 en page 19

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...