Le diagnostic d’avortement chez les bovins standardisé au plan national

21.01.2013 à 06:00:00 |
©

Le protocole national de diagnostic différentiel des avortements chez les bovins a été présenté au cours d’une journée technique, organisée par la Fédération nationale des groupements de défense sanitaire (GDS France) et la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV), en lien avec la Direction générale de l’alimentation (DGAL), le 11 janvier 2013 à Paris.

La démarche vise les élevages touchés par des séries d’avortements en raison des pertes économiques et d’un risque zoonotique plus importants, mais aussi parce que le diagnostic d’un avortement isolé est complexe. Un “pack” d’affections est ciblé en première intention : la fièvre Q, la néosporose, la maladie des muqueuses et, localement, la salmonellose et la listériose.

Ce protocole a également pour objectif d’inciter les éleveurs et les praticiens à déclarer les avortements. En effet, des études menées par l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) révèlent que le dispositif de déclaration obligatoire est peu sensible et peu représentatif, car seulement un quart des éleveurs qui détectent un avortement dans leur troupeau le déclarent.

Lorenza Richard

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1523 du 18/01/2013 en page 18

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK