Le clonage animal à des fins alimentaires est inacceptable pour deux tiers des vétonautes

01.12.2008 à 10:00:00 |

Mettriez-vous un steak de viande clonée dans votre assiette ? Apparemment, non. Rassurez-vous, vétonautes, vous n’êtes pas seuls ! Selon une enquête réalisée début octobre pour la Commission européenne, 58 % des Européens estiment que le clonage des animaux pour la production alimentaire (viandes, lait, oeufs, etc.) « n’est pas justifiable » et 43 % affirment qu’ils n’achèteront jamais de tels produits.
L’opinion des citoyens de l’Union conforte les parlementaires européens. Début septembre, ces derniers ont en effet lancé un appel en faveur de l’interdiction du clonage à des fins alimentaires.Selon eux, le clonage menace la diversité génétique des espèces et n’est pas compatible avec les grands principes du modèle agricole européen : qualité des produits, respect du bien-être animal et protection de l’environnement. Ils appellent à la mise en place d’un embargo sur les importations d’animaux clonés, de leur progéniture, de la viande et des produits laitiers issus de cette filière. Cette position permet de fixer un cadre législatif pour des marchandises qui pourraient être proposées, selon les experts, dès 2010. Car si aucun produit issu d’animaux clonés n’est commercialisé en Europe ou dans le reste du monde aujourd’hui, la Food and Drug Administration( FDA) a donné, en début d’année, son feu vert à leur vente aux Etats-Unis.

N Fontenelle

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1337
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK