Le chat est-il moins sensible que le chien à la leishmaniose?

12.06.2008 à 10:00:00 |

Des cas de leishmaniose chez le chat sont décrits dans les zones de forte endémie (Sicile par exemple), cas difficiles à diagnostiquer car atypiques (dermatose nodulaire et croûteuse, plutôt faciale ou auriculaire, non associée systématiquement à une atteinte de l’état général). Le chat semble être réceptif (c’est à dire capable d’héberger la leishmanie), mais peu sensible (expression clinique modérée ou absente). Des études démontrent que la réponse sérologique spécifique est provisoire et peut se négativer.

La question est de savoir si le chat peut contribuer à l’entretien du cycle du parasite, c’est-à-dire s’il est un réservoir, susceptible d’héberger et d’entretenir le parasite dans le derme. Des études expérimentales en cours (service de parasitologie de l’ENV de Lyon) et en collaboration avec le Pr M. Franc (service de parasitologie de l’ENV de Toulouse) pourront peut-être répondre à cette question.

G Bourdoiseau

Extrait du Point Vétérinaire 285

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK