La tique, un vecteur majeur de maladies infectieuses en Europe

31.10.2011 à 06:00:00 |
©

Merial a organisé son 8e symposium européen sur les maladies parasitaires et vectorielles dans la capitale hongroise, Budapest, les 13 et 14 octobre 2011. Cette édition s'est focalisée sur les tiques et les maladies qu'elles transmettent aux animaux de compagnie.

La répartition, la densité et l'activité des tiques en Europe évoluent et, avec elles, la fréquence et la distribution des maladies vectorielles. Frédéric Beugnet, directeur technique chez Merial, a souligné l'impact des conditions climatiques sur l'activité et la densité de Rhipicephalus sanguineus. Un modèle mathématique permet de calculer l'index d'activité de la tique à partir de données météorologiques (température, humidité, etc.). Cet index renseigne sur la probabilité d'infection du chien dans une zone géographique donnée. L'analyse des données disponibles depuis 40 ans en France permet d'évaluer son évolution dans quatre villes : Nîmes, Lyon, Nantes et Paris. L'étude montre sans surprise une progression non significative de la situation à Nîmes. Sa région est en effet déjà endémique. En revanche, l'augmentation de l'index à Lyon et à Paris révèle que ces zones pourraient devenir endémiques.

Agnès Faessel

Pour plus d'informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1468-1469 du 28 octobre 2011 en page 18

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK