22/12/2010 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Vet2011

La profession analyse la perception du grand public

Si Claude Bourgelat fut, dans sa jeunesse, mousquetaire du roi, notre confrère Jean-François Chary est devenu celui de Bourgelat.

Pour préparer l’année mondiale vétérinaire, le président du comité d’animation et de coordination Vet2011 a parcouru les deux Hémisphères afin de rappeler que le fondateur de la profession et des sciences vétérinaires fut également l’inventeur de la biopathologie comparée. Notre métier a trois racines fondatrices, insiste le professeur Chary : la démarche scientifique, la dimension économique et la préoccupation comparative. « Ce que l’on appelle aujourd’hui le concept One Health est en réalité un principe de base de notre profession depuis sa naissance », a-t-il expliqué, le 9 décembre 2010, lors de la soirée-débat organisée par le Club vétérinaires et entreprises. Pour cette raison, l’axe choisi pour célébrer cette année mondiale vétérinaire sera de présenter, au-delà du médecin des animaux, l’acteur en santé publique au service de l’humanité.

L’adhésion de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a permis de donner au 250e anniversaire de notre profession la dimension internationale qu’elle mérite, avec ce slogan : « Vet for health, vet for food, vet for the planet ».
Les festivités* de Vet2011 débuteront en France, à Versailles, le 24 janvier et s’achèveront en Afrique du Sud en octobre. Des événements sont programmés dans plus de soixante pays. « Il s’agit de la plus importante opération jamais réalisée pour promouvoir la médecine et les sciences vétérinaires, et notre communauté doit en profiter pour se mettre en valeur », a conclu Jean-François Chary.

L’image du vétérinaire a évolué au cours de l’histoire des productions culturelles

La question de la perception du praticien par la société constituait le sujet de la seconde conférence de la soirée du CVE, menée par Emmanuel Thébaud, animateur du réseau des vétérinaires en élevage (Vét’el) dans le nord de la France. Notre confrère a traité l’image de la profession sous l’angle des productions culturelles. Le large panorama qu’il en a présenté, documents à l’appui, a permis de mesurer la distance qui sépare l’image des vétérinaires des films et des bandes dessinées de celle qu’entend promouvoir Vet2011.

Michel Bertrou


* Voir le détail des événements prévus

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité