25/11/2008 | Le Point Vétérinaire.fr

La présence de résidus de médicaments vétérinaires dans l’environnement inquiète les vétonautes

La révolte des vétonautes n’a pas eu lieu. En proposant un sondage sur la présence de résidus de médicaments vétérinaires dans l’environnement, nous nous attendions à recevoir une volée de bois vert, au mieux une bordée de remarques acerbes. Nous venions alors de publier un article présentant un rapport alarmiste de l’Académie de pharmacie sur le sujet. Selon elle,les médicaments vétérinaires « représentent un risque encore plus direct [que les médicaments humains], car ils sont éliminés directement sur les sols ou dans l’eau par les animaux d’élevage ».
La présence d’antibiotiques dans le tube digestif des animaux « sélectionne une flore antibiorésistante qui peut être diffusée dans les sols, les eaux ou les sédiments, pouvant modifier ainsi leur fonctionnalité, les équilibres écologiques et les risques infectieux pour les diverses espèces. Cette transmission se fait aussi à l’homme par l’alimentation, réduisant ainsi ses possibilités de traitement »,souligne encore le rapport.
Etre interrogés sur ce thème pouvait donc apparaître aux yeux de certains vétérinaires comme une attaque contre la profession. Mais non ! Une majorité (courte, certes) des sondés ont visiblement conscience de ce problème et s’en inquiètent. 6% n’en avaient pas conscience, tandis que 20 %, tout de même, jugent l’information douteuse. Pour eux, tout cela ne serait que fariboles, égarements de vénérables apothicaires académiciens.« On ne peut pas éluder la question , remarque en contrepoint Gaël Virlouvet, vétérinaire, agent de l’Afssa, spécialiste du sujet. L’impact des traitements aux avermectines sur les bousiers ou encore la contamination de vautours en Inde par du diclofénac contenu dans les carcasses dont ils se nourrissent sont des cas avérés de contamination de l’environnement par des résidus de médicaments vétérinaires. Le risque est donc réel, même s’il est encore mal connu et demande à être étudié plus précisément sur le terrain. »
Pourtant, l’impact des médicaments vétérinaires sur l’environnement doit être distingué de celui des spécialités humaines. « Les résidus de médicaments humains se retrouvent concentrés en bout de chaîne dans les stations d’épuration, tandis que l’exposition de l’environnement aux médicaments vétérinaires est directe mais, sauf cas particulier, plus diffuse. Les concentrations retrouvées aujourd’hui dans le milieu aquatique, par exemple, sont de l’ordre du nanogramme. La difficulté est de définir le seuil à partir duquel cela pose un problème. »
Il reste également une inconnue de taille, qui fait peur à beaucoup : quel peut-être l’effet synergique de plusieurs molécules mises en contact dans l’environnement ?

N. Fontenelle

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1336

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité