La lutte contre le dopage équin sur tous les fronts

16.01.2012 à 06:00:00 |
©

Derrière toute affaire de dopage, il convient souvent de trier le bon grain de l’ivraie. Entre emballement médiatique et réelle volonté de tricherie, la réalité est parfois plus nuancée.

L’essentiel, pour le vétérinaire, est d’exercer son jugement professionnel pour conseiller au mieux les entraîneurs. Au final, seule une analyse de dépistage peut garantir l’élimination totale de toute substance prohibée avant de concourir.

Gérer les aspects médiatiques et techniques
Un des aspects est scientifique et pose aussi la question de la finalité. Car derrière ces cas de dopage émerge, bien entendu, la notion de fraude vis-à-vis des parieurs, mais aussi celle du bien-être des chevaux. C’est pour cela que sont distinguées, globalement, 2 catégories de substances : celles totalement interdites et celles prohibées. Les premières (stéroïdes anabolisants, facteurs de croissance, substances agissant sur l’érythropoïèse, transporteurs d’oxygène synthétiques) ne doivent jamais être présentes et relèvent d’une volonté de tricherie. Dans cette situation, la philosophie est de mettre en évidence l’exposition à ces substances en utilisant les techniques analytiques les plus performantes. Les secondes peuvent être prescrites par le vétérinaire sur ordonnance, en respectant les règles de prescription, mais elles sont prohibées lors des épreuves. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’empêcher l’usage médical de ces substances, en détectant longtemps après la fin du traitement des traces résiduelles d’exposition, mais plutôt de garantir qu’au moment de la compétition, le cheval n’était pas sous l’effet d’une substance médicamenteuse.

Marine Neveux

Pour le dossier sur le sujet et les chiffres du dopage de ces derniers mois par discipline, voir La Semaine Vétérinaire n° 1478 du 13 janvier 2012 en pages 25 à 31

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK