La directive “services” est vue comme une menace par les vétérinaires

15.07.2009 à 10:00:00 |

La directive "services" qui entrera en application le 1er janvier 2010, est mal connue. Selon un sondage révélé en juin lors d’une journée du Groupe d’étude et de recherche en management (Germ) de l’Afvac, le texte européen n’évoque rien pour 45,5 % des praticiens. Il est donc logique que 44 % des vétonautes qui ont répondu à notre sondage ignorent son contenu ou n’ont pas d’avis sur le sujet.

Pour ceux qui connaissent la directive, elle est vue comme une menace (33 %) plutôt qu’une opportunité (23%). Le constat est le même dans le sondage du Germ où 26,7 % des personnes interrogées considèrent qu’elle est un danger pour la profession (contre 16,6 %), même si une majorité reste neutre (38,5 %), sans doute par manque d’informations .L’avènement d’une déréglementation totale incontrôlable et la peur que les petites structures soient “mangées”par les grosses sont les principales craintes des vétérinaires.
A l’inverse, les plus enthousiastes, qui exercent majoritairement en SEL, y voient l’opportunité de monter des réseaux de structures et de faire de la publicité. « La donne va changer et je le perçois comme une opportunité, car j’ai la chance d’être dans une structure où psychologiquement, et même structurellement, nous sommes déjà prêts pour cela depuis quelques années, témoigne un praticien. Je comprends qu’une fraction non négligeable de confrères ait peur, car il va y avoir quelques années de “tangage”avant d’arriver à une nouvelle situation d’équilibre dans notre profession. »

N Fontenelle

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1368

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK