La consommation de viande, signe extérieur de richesse

Stéphanie Padiolleau | 02.03.2017 à 11:25:59 |
un steach et une fourchette
© Pavlo_K – iStock

Au niveau mondial, la consommation de viande est en hausse. Elle indique le niveau de développement d’un pays, jusqu’au moment où celui-ci, devenu “trop” riche, peut s’écarter de la stricte sécurité alimentaire pour ajouter environnement ou éthique à son mode de vie. Ainsi va la France, vers une consommation plus orientée santé et bien-être.

La consommation mondiale de viande est passée de 23,1 kg/personne/an en 1961 à 42,2 kg/personne/an en 2011 et 42,9 kg en 2014. À l’échelle d’un pays, une corrélation positive a pu être mise en évidence entre la consommation de protéines d’origine animale et le revenu par habitant, et également avec le développement de l’urbanisation. La proportion totale de protéines dans les apports caloriques demeure stable pour la période étudiée (10,7 % en 1961 et 11,2 % en 2011) ; celle de protéines végétales diminue (de 6,9 à 6,3 %), alors que celle de protéines animales est en hausse (de 3,8 à ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Stéphanie Padiolleau
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK