La concentration du marché de l'industrie pharmaceutique inquiète les vétérinaires

20.05.2009 à 10:00:00 |

Grossir ou périr. Telle est désormais la règle pour l’industrie pharmaceutique. Chaque année, le secteur annonce son lot de fusions ou d’acquisitions. 2009 se révèle déjà un bon cru. Fin janvier, l’Américain Pfizer rachetait son compatriote Wyeth, consolidant sa place de leader mondial. Début mars, Merck annonçait l’acquisition de Schering-Plough, qui lui-même venait à peine de digérer le rachat d’Organon et d’Intervet.

 

Ces “méga-fusions” conduisant à des positions dominantes sur le marché de la santé animale, la course au rachat est lancée : Sanofi Avantis convoite les 50 % que détient Merck dans Merial, et les activités de Fort-Dodge possédées par Wyeth en font rêver plus d’un. En résumé, la concentration du marché de la pharmacie vétérinaire se poursuit.

Selon les données de l’Association interprofessionnelle d’étude du médicament vétérinaire (AIEMV), en prenant en compte la récente fusion d’Intervet et de Schering-Plough, les quatre premiers laboratoires représentent 57,45 % du marché français (pet food compris) et les dix premiers, 83,80 %.
Cette situation inquiète visiblement les vétonautes. « La concentration nuit à la concurrence. Qui peut garantir une réelle liberté sur les prix ? », s’interroge un praticien.« Le nombre de produits sur le marché s’en ressentira », assure un autre. A cet égard,un rapport de l’Agence du médicament vétérinaire montre bien qu’une part non négligeable du manque de disponibilité du médicament vétérinaire en France résulte de la concentration du marché vétérinaire qui a accompagné, dans les années 90, la mise en place d’une réglementation plus stricte, notamment les limites maximales de résidus(LMR).
Moins nombreuses, les entreprises ont délaissé des pans entiers du marché par manque d’intérêt financier, et seules les espèces animales les plus importantes ont fait l’objet de travaux de recherche. Aujourd’hui, près de cent cinquante produits suffisent à générer la moitié du chiffre d’affaires du médicament vétérinaire hexagonal.

N Fontenelle

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1360

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK