La campagne de prophylaxie contre la FCO a ajouté des blessures à l'hiver

23.06.2009 à 10:00:00 |


Pour les deux tiers des confrères concernés, la campagne de prophylaxie contre la fièvre catarrhale ovine a occasionné plus de blessures que les années précédentes. La raison invoquée le plus souvent est le nombre trop élevé de manipulations. La mission consiste en effet à réaliser une prise de sang, une injection pour chaque sérotype, parfois en plus une tuberculination, et à renouveler les vaccins quelques semaines plus tard. Alors que les opérations de prophylaxie s’étaient allégées ces dernières années, voilà tout le cheptel à vacciner, ruminants “de compagnie” inclus, soit une augmentation considérable du nombre d’inter ventions, dans un délai imposé et sans négliger les autres activités professionnelles. Largement de quoi justifier des blessures bénignes liées à l’usure, à la fatigue, aux gestes répétitifs.
Les statistiques sur les accidents du travail pour les années 2006 et 2007 recensent respectivement 250 et 244 accidents chez les cadres employés dans les cabinets et cliniques vétérinaires, dont 11 ont entraîné une incapacité totale. Les résultats pour l’année 2008 sont attendus...

S Padiolleau

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1365

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...