L’imminence d’une pandémie annoncée par l’OMS, c’est du lard ou du cochon ?

08.05.2009 à 10:00:00 |

L ’épidémie humaine de grippe originaire du Mexique, renommée “grippe A/H1N1” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), montrerait des signes d’essoufflement.



Le 3 mai dernier, les autorités mexicaines ont fait état d’un « recul de la maladie » et les Américains ont évoqué des « signes encourageants». Richard Besser, directeur des Centers for Disease Control (CDC) outre- Atlantique, estime même que « jusqu’à présent, le virus n’a pas l’air plus sévère qu’une souche de grippe saisonnière », tout en rappelant que cette dernière, dite classique, tue trente-six mille personnes chaque année aux Etats-Unis. Force est également de constater que les chiffres sont revus à la baisse depuis l’annonce officielle de l’épidémie. Ainsi, alors que le bilan du ministère de la Santé mexicain comptabilisait entre cent et cent cinquante morts et près de mille six cents personnes touchées sur le territoire au 26 avril dernier, il n’y aurait officiellement que vingt-neuf décès attribués au virus et un peu plus de huit cents cas confirmés.
Aux Etats-Unis, les chiffres font état d’un peu plus de quatre cents personnes touchées et de deux victimes. Désormais, des cas confirmés sont recensés dans une vingtaine de pays (les données varient selon les sources). Au total, le cap des mille cinq cents personnes atteintes est franchi. Mais contrairement au Mexique et aux Etats-Unis, il s’agit de cas importés et non de contamination interhumaine (excepté quelques cas en Espagne, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Corée du Sud), et aucun décès n’est enregistré.

Le degré d’a lerte pandémique de l’OMS est au niveau 5, le niveau 6 est évoqué

Malgré ces constats plus ou moins rassurants, la menace d’une pandémie mondiale divise les scientifiques. La prudence est de mise. De son côté (mais n’est-ce pas son rôle ?), l’OMS reste alarmiste. Depuis l’annonce officielle de l’épidémie humaine due au nouveau virus influenza H1N1 recombiné, le 24 avril dernier, elle a élevé son degré d’alerte pandémique au niveau 5 (sur une échelle qui en compte 6), le 29 avril 2009. La phase 5 se caractérise « par une propagation interhumaine du virus dans au moins deux pays d’une région de l’OMS [Mexique et Etats-Unis, Ndlr]. Elle constitue un signal fort indiquant qu’une pandémie est imminente et qu’il reste peu de temps pour finaliser l’organisation et la mise en oeuvre des mesures d’atténuation prévues ».
Le 4 mai 2009, dans un entretien au journal El Pais, Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, n’écartait pas la possibilité d’un passage au niveau 6, selon l’évolution de la situation. En plus des critères définis pour la phase 5, ce niveau se caractérise par des flambées à l’échelon communautaire dans au moins un pays d’une autre région de l’OMS, et « indique qu’une pandémie mondiale est en cours ». Par ailleurs, l’organisation n’exclut pas le risque d’une deuxième vague épidémique due au nouveau virus H1N1 à l’automne, avec « une virulence sans précédent », sans pour autant expliquer les raisons de cet accroissement de virulence. Le scénario potentiellement catastrophique d’une recombinaison du nouveau virus A/H1N1 avec celui de la grippe saisonnière à l’automne est aussi évoqué.

N Devos

Extrait de 1359
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...