L'euthanasie, un acte soigné 

27.09.2012 à 06:00:00 |
©

L’euthanasie d’un animal, a fortiori de compagnie, ne se conçoit pas comme une consultation ordinaire. Affaire de sensibilité, d’expérience, de contact avec le client, près d’un millier de confrères et de consœurs ont participé à notre enquête sur cet acte bien particulier.

Avec une répartition annuelle variable pour 44,3 % des répondants, ou à peu près régulière (41,9 %) selon les clientèles, l’euthanasie est une constante de la pratique canine. Un praticien sur deux y a recours entre 5 et 10 fois par mois, soit au moins 1 ou 2 fois par semaine, et 2,5 % quasiment tous les jours !

« En général, c’est toujours après une euthanasie qu’on reçoit des chocolats, jamais parce qu’on a bien soigné l’animal. Allez comprendre ! » Les praticiens estiment que leurs clients sont satisfaits de la façon dont ils ont procédé dans plus de 95 % des cas.

L’état de santé motive la demande des propriétaires dans 92 % des cas, et c’est aussi le motif pour lequel 96 % des praticiens vont proposer une euthanasie. La dangerosité de l’animal vient ensuite. L’euthanasie « non justifiée » ou « de convenance » reste peu fréquente ou marginale, et n'est jamais demandée dans 38 % des cas.

Stéphanie Padiolleau

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1509 du 28 septembre 2012 en pages 25 à 30

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK