L’ENVA à Metz, la direction de l’école nous répond

24.09.2010 à 06:00:00 |
©

L’article intitulé « L’ENVA à Metz, bientôt une réalité ? » (n° 1417 de La Semaine Vétérinaire) a provoqué, par ses propos polémiques, une incompréhension tout à fait légitime de la communauté alforienne, et de la profession en général.

La direction de l’ENVA a donc décidé de demander un droit de réponse.
La nécessité de former plus de vétérinaires en France, celle de renforcer l’installation de confrères en zone rurale et la capacité de Metz à accueillir un pôle de formation et/ou de recherche sont des réalités connues de tous.
C’est pourquoi le ministre de l’Agriculture a commandé une étude au CGAEER sur l’« opportunité et la faisabilité » de créer un nouveau pôle de formation et de recherche vétérinaire à Metz.
Ce rapport, finalisé en juillet, ne sera rendu public que fin septembre. Nous savons cependant que, s’il aborde assez longuement la problématique du cursus vétérinaire et le potentiel de la ville de Metz, il ne propose et décrit qu’en quelques lignes plusieurs possibilités de scénarios assez ouverts. Aucune option ou décision n’est prise à ce stade, et il est plus que probable qu’à l’issue de la présentation officielle du rapport, un travail de fond restera à faire pour évaluer et chiffrer en détail ces scénarios, ou en proposer des variantes.

En tout état de cause,
- la direction de l’ENVA confirme qu’elle participera comme il se doit aux réflexions et études complémentaires qui seront naturellement initiées à la suite de ce rapport ;
- l’ENVA déroule son schéma directeur de restructuration du site de Maisons-Alfort en accord avec le MAAP, cela se traduisant par le lancement fin 2010 d’un concours d’architecte pour la construction du “pôle à risques biologiques” ;
- l’ENVA, comme les facultés et écoles vétérinaires européennes performantes, veille à offrir à ses étudiants un cursus de formation compatible avec les exigences de l’AEEEV, ce qui implique en particulier l’apprentissage clinique sur toutes les espèces communément étudiées.

Jean-Pierre Mialot, directeur de l’ENVA

Note de la rédaction

L’ENVA ne dément pas, mais laisse planer le doute

Cette réponse de la direction de l’école d’Alfort ne fait que confirmer nos informations, que nous maintenons. Elle évoque « plusieurs possibilités de scénarios assez ouverts » dans le rapport du Conseil général de l’agriculture, à paraître fin septembre, mais ne dit pas si oui ou non le déménagement total de l’école à Metz, ou le seul transfert de son enseignement en rurale, est prévu. Cette deuxième possibilité semble la plus probable. Même si l’ENVA « veille à offrir à ses étudiants […] un apprentissage clinique sur toutes les espèces communément étudiées », cela ne suppose pas que cet enseignement soit délivré dans un lieu unique. Mais, puisque la direction évoque « le lancement fin 2010 d’un concours d’architecte pour la construction du “pôle à risques biologiques” », c’est qu’il reste de la place sur le site d’Alfort ! Les étudiants apprécieront.

Nathalie Devos et Nicolas Fontenelle

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK