L’école vétérinaire de Metz accueillerait 120 élèves dès octobre 2011

25.03.2011 à 06:00:00 |
©

Le projet proposé par Michel Franck, professeur à VetAgro Sup, prévoit aussi une classe préparatoire intégrée.

En réaction à un précédent article, il nous a envoyé plusieurs documents afin de détailler son projet. « Une cinquième école est absolument nécessaire au moment où 50 % des vétérinaires français proviennent des écoles européennes autres que françaises sans que, pour autant, on puisse distinguer une vraie formation pour un exercice professionnel dans les espaces ruraux », estime-t-il en reprenant à son compte les conclusions du rapport du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER). « Une ouverture dès le mois d’octobre est encore possible. »

Après avoir visité la base militaire prochainement désaffectée en compagnie de Xavier Aeberli (professeur de classe préparatoire aux grandes écoles au lycée du Parc à Lyon), Michel Franck assure que « le site peut être utilisé en l’état comme un campus remarquable. Les salles de cours sont disponibles sans aménagements importants, et la mise à niveau des espaces de travaux pratiques est considérée comme faisable dans les délais impartis ».
L’initiative de Michel Franck n’est pas du goût du Conseil supérieur de l’Ordre. « C’est le projet d’un homme seul, sans mandat et sans légitimité, dénonce Michel Baussier, président de l’Ordre des vétérinaires. La question de la modernisation du cursus doit être abordée, mais dans le cadre d’une concertation globale avec les Directions générales de l’enseignement et de la recherche, de l’alimentation, et les parties prenantes. De notre côté, nous poursuivons nos réflexions au sein du comité mis en place à cet effet par le ministre de l’Agriculture. »
Michel Franck prétend bénéficier du soutien de nombreux vétérinaires, praticiens et enseignants. Il est surtout le porte-drapeau de l’Elysée. La pression viendrait du conseiller à l’agriculture du président de la République qui tient « absolument » à la création de cette cinquième école.

L’école vétérinaire de Metz vue par Michel Franck


L’école serait placée sous l’autorité du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le programme de formation serait aligné sur les formations européennes diplomantes en 5 ans postbac, l’équipe enseignante serait composée de 9 professeurs scientifiques et de 3 de lettres. Pour que l’école vétérinaire de Metz puisse voir le jour, elle doit être dotée de 70 millions d’euros de crédits d’investissements, budgétés sur les 4 années à venir.

Nicolas Fontenelle et Nathalie Devos

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1443 du 25 mars 2011 en page 14

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK