24/02/2011 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Résidus d’antidépresseurs et d’AINS

L’eau potable est contaminée par des résidus de médicaments

C’est le verre à moitié vide ou à moitié plein. L’eau potable, traitée dans une station de potabilisation, celle qui sort du robinet, a plus d’une chance sur deux de contenir des résidus de médicaments… humains.

Un quart des eaux traitées en contiennent en quantités mesurables (jusqu’à 100 ng/l) et jusqu’à quatre molécules différentes sont présentes dans la même eau. Les eaux brutes de surface, qui alimentent les stations d’épuration, sont plus contaminées encore : la quasi-totalité d’entre elles (87 %) contiennent des résidus de médicaments humains, 10 % des résidus de médicaments vétérinaires. Les nappes phréatiques sont plus propres, puisque “seulement” 57 % contiennent des médicaments humains, 5 % des médicaments vétérinaires. Autant se faire une raison. L’eau qui sort du robinet contient très, très souvent des résidus médicamenteux (antidépresseurs et anti-inflammatoires non stéroïdiens surtout).
Tels sont les enseignements d’un rapport du laboratoire d’hydrobiologie de Nancy (Agence nationale de sécurité sanitaire) qui a étudié l’exposition des “buveurs d’eau” à la présence de résidus de médicaments humains et vétérinaires dans les eaux de consommation humaine. L’étude est représentative. Le plan d’échantillonnage (530 prélèvements d’eaux de consommation) couvre tous les départements (y compris l’outre-mer). Le communiqué commun au ministère de la Santé, à l’Anses et à l’Afssaps se veut plutôt rassurant. Ces résultats sont « conformes aux attentes ». Et le verre est même au trois quarts plein, puisque dans 75 % des eaux traitées, les résidus n’ont pu être quantifiés.

Quant aux risques éventuels associés à la consommation de résidus de médicaments à travers l’eau potable, ils ne sont pas abordés : « Les concentrations détectées [moins de 400 ng/l] sont mille à un million de fois inférieures aux doses thérapeutiques. »
La publication d’un plan d’actions est prévue pour le premier trimestre 2011.

Eric Vandaële


Pour en savoir plus, lire La Semaine Vétérinaire n° 1439 en pages 12-13

Télécharger le rapport

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...