Julie Garnier : « Nous devons reformuler notre position par rapport à la nature »

Marine Neveux | 24.02.2017 à 11:02:12 |
Julie Garnier
© Odyssey Conservation Trust

Diplômée du Royal Veterinary College de Londres et lauréate 2016 des Femmes en or dans la catégorie environnement, notre consœur Julie Garnier est à l’initiative de l’ Odyssey Conservation Trust.

Très engagée pour la faune sauvage et la préservation de l’environnement, Julie Garnier (A 88) a consacré sa thèse de doctorat vétérinaire au rhinocéros noir, alors en voie d’extinction. Son parcours professionnel l’a menée en Afrique, au cœur du terrain, où elle a pu développer son approche globale de la santé humaine et animale et de l’environnement. Entretien avec notre consœur, au parcours aussi brillant qu’engagé. Comment avez-vous mis en place cette approche holistique de la biodiversité ? L’approche One Health me semble nécessaire. Il y a une vraie place pour les vétérinaires, qui méritent de s’engager dans cette voie. La problématique ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Marine Neveux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK