Ingestion d’œufs contaminés au fipronil : un risque faible pour la santé humaine

Tanit Halfon | 14.08.2017 à 12:03:10 |
oeufs
© Cheick Saidou / Min.Agri.Fr

L’ANSES a publié une évaluation des risques liés à la consommation des œufs contaminés au fipronil.

Sur demande du ministère en charge de l’agriculture, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a évalué le risque sanitaire lié à la consommation d’œufs contaminés par le fipronil.

Le nombre maximal d’œufs pouvant être consommés en une seule fois, afin que l’exposition reste inférieure à la valeur toxicologique de référence aiguë (ARfD de 0,009 mg/kg pc), a pu être déterminé :

  • Enfant de 1 à 3 ans (poids moyen = 12,4 kg) : 1 œuf max par jour,
  • Enfant de 3 ans (poids moyen = 14,5 kg) : 2 œufs max par jour,
  • Enfant de 3 à 10 ans (poids moyen = 25 kg) : 3 œufs max par jour,
  • Enfant de 11 à 17 ans (poids moyen = 54 kg) : 8 œufs max par jour,
  • Adulte (poids corporel moyen = 70kg) : 10 œufs max par jour.

Ces données se basent sur les concentrations en fipronil rapportées actuellement en Europe (1,2mg/kg d’œuf).

Si ce seuil est dépassé, le consommateur pourrait être exposé à un risque aigu. Malgré le potentiel neurotoxique de la molécule (notamment un risque de convulsions), jusqu’à présent, l’ingestion de 10 fois la dose de référence aiguë n’a induit que des symptômes bénins et réversibles (troubles digestifs), chez l’adulte comme chez l’enfant (données de la littérature). Les convulsions s’avèrent rares, et sont liées à des ingestions de grandes quantités de produit.

L’évaluation des risques chroniques n’a pas pu être réalisée, mais le respect des limites maximales de résidus (LMR) existant pour les œufs et la viande de volaille suffit à prévenir ces risques selon l’ANSES.

Dans le cas de la consommation de viande contaminée, et au vue des concentrations maximales en fipronil observées dans des analyses conduites par l’ANSES (0,175 mg/kg de muscle, sur une échantillon de poules pondeuses en provenance d’Europe), un adulte ne devrait pas ingérer plusieurs kilogrammes de viande contaminée en une seule fois. Un enfant s’expose à l’ARfD au-delà de un kilo de viande contaminée consommé en une seule fois.

Le risque sanitaire s’avère ainsi très faible, même en cas de dépassement des niveaux de consommation maximale évalués par l’ANSES.

Pour rappel, l’utilisation du fipronil est interdite pour les animaux d’élevage dont les produits sont destinés à la consommation. Malgré cela, des résidus de produit ont été détectés dans des œufs et viandes de volailles pondeuses. Initialement limitée à la Belgique et aux Pays-Bas, la crise sanitaire touche aujourd’hui un grand nombre de pays européens (France, Allemagne, Suède, Espagne, etc) et s’étend à l'Asie (Hong Kong).

Tanit Halfon
2 commentaires
avatar
1874 le 14-08-2017 à 20:47:04
Très intéressant. As t-on mesuré le taux de contamination d'un enfant de 3 ans qui enlace fortement son chat avec ses deux bras nus 2 heures après la pose d'un frontline combo?
avatar
chouiax le 16-08-2017 à 08:18:11
Je pense que depuis plus de 20 ans, l'exposition au fipronil a été bien plus importante pour les possesseurs d'animaux de compagnie que toute éventuelle consommation d'oeufs contaminés.
On remarque d'ailleurs le silence des médias sur cet aspect sanitaire.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK