Influenza aviaire : la faune sauvage commensale serait une sentinelle

Stéphanie Padiolleau | 07.03.2017 à 18:14:26 |
cadavre de cygne sur une plage
© CrazyD- iStock

L’Anses a été saisie pour évaluer le risque d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) lié à la faune sauvage.

Selon l’avis rendu le 17 février 2017 par l’Anses, «  les experts estiment que le risque d’infection IAHP lié à la faune sauvage est permanent sur tout le territoire et qu’il se situent toujours au niveau élevé » au moment de la rédaction de l’avis. Le groupe de travail de l’Anses distingue le risque posé par les grands migrateurs, pour lesquels la migration de printemps ( Sud-nord) devrait commencer, et celui que constitue les oiseaux sauvages sédentaires ou petits migrateurs. Une étude de l’avifaune commensale des foyers domestiques effectuée par l’école vétérinaire de Toulouse avec l’ONCSF montre que chez 325 oiseaux ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Stéphanie Padiolleau
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...