Hiérarchiser les dangers sanitaires

25.09.2012 à 06:00:00 |
©

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a rendu un avis sur la hiérarchisation des maladies animales présentes en France. 103 affections ont été retenues et classées selon la méthodologie déjà utilisée pour les maladies exotiques. Cette méthodologie est flexible et permet, par le biais d’un système de pondération des critères, de déterminer des classements différents en fonction de l’objectif recherché.

Les États généraux du sanitaire ont modifié l’organisation du système sanitaire français pour les maladies animales. L’un de ses piliers repose sur la répartition des affections au sein de 3 catégories :

Catégorie 1 : maladies justifiant un engagement financier et humain de l’État ;
Catégorie 2 : maladies pour lesquelles des actions de surveillance, et éventuellement de lutte ou de maîtrise, seront conduites de manière obligatoire sur un territoire donné, mais dont la gestion sera confiée aux professionnels ;
Catégorie 3 : maladies pour lesquelles des actions volontaires seront mises en place, d’initiative professionnelle.

En préliminaire à ce classement, l’administration a donc saisi l’Anses afin de proposer une méthodologie permettant de catégoriser les maladies animales.
Le travail effectué par l’Anses vise à déterminer une hiérarchie des affections présentes en France, ainsi qu’à fournir des arguments scientifiques pour leur catégorisation.
Il n’a donc aucun caractère prospectif ou prédictif, pas plus qu’il ne tient compte de ce qui existait il y a 10, 20 ou 60 ans. Il s’agit d’une photographie subjective de l’état sanitaire des animaux d’élevage à l’endroit et au moment de l’analyse, en l’occurrence en France en 2011.

Stéphanie Padiolleau

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1508 du 21 septembre 2012 en pages 29 à 34

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK