L'avenir du glyphosate au coeur des débats

Michaella Igoho Moradel | 17.03.2017 à 15:37:28 |
Herbicide glyphosate
© imacon - iStock

Selon l’ECHA, le glyphosate n’est pas cancérogène. Tandis qu'aux Etats-Unis les travaux de l'Agence américaine de protection de l'environnement, à ce sujet, sont remis en cause.  

Les avis scientifiques divergent en ce qui concerne le glyphosate; l'herbicide le plus utilisé au monde. Contrairement à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et malgré les controverses sur l'utilisation de cette substance, les experts de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) viennent de rendre un avis qui exclut le risque cancérogène du glyphosate. Le comité de l’ECHA s’est penché sur des études menées sur les êtres humains et les animaux en prenant en compte les critères d’exposition. Il en conclut que les preuves scientifiques disponibles ne permettent pas de classer le glyphosate comme cancérogène, agent mutagène ou toxique pour la reproduction. Dans le même temps, la polémique enfle aux Etats-Unis, suite à la publication par la justice américaine de documents internes de la société Monsanto qui remettent en cause l'indépendance des experts de l'Agence américaine de protection de l'environnement sur ce dossier. Dans ces documents, l'entreprise américaine cherche à éviter un classement du glyphosate comme cancérogène.  

De son côté, le Centre AntiPoison Animal et Environnemental de l'Ouest (CAPAE-Ouest)  estime que cet herbicide aurait « une action irritante pour les muqueuses chez les animaux de compagnie, les bovins, les chèvres, les moutons, le cheval,etc. ». Le centre ajoute que « pour prévenir le risque d’intoxication, il est recommandé d’éviter de laisser sortir les animaux dans les heures qui suivent un traitement au glyphosate. »

Michaella Igoho Moradel
2 commentaires
avatar
ght le 17-03-2017 à 20:07:45
Seul le cicr à classé le glyphosate probablement cancérigène. L'OMS dont il dépend a désavoué ce jugement. De même que toutes les agences scientifiques, qui ne sont pas noyautées par des activistes anti pesticides. Greenpeace ( accusé de crime contre l'humanité par son ancien directeur Moore, en raison de son opposition au riz doré riche en vitA, ce qui condamne à mort des milliers d'enfants ) va continuer son lobbying pour obtenir l'interdiction du glyphosate. Le cicr est un des levier de gp.
avatar
pG le 18-03-2017 à 10:21:12
Cela va de soi que le lobbying de Greenpeace est autrement plus puissant que celui de Monsanto'n'co...
Franchement tout cela est bien triste : svp, juste un peu de bon sens pour comprendre que le "toujours plus" (de produit dans le cas présent) ne nous mènera nulle part.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK