Génomique bovine, l’avenir de l’élevage

12.12.2011 à 06:00:00 |
©

L’élevage bovin bénéficie depuis quelques années des progrès offerts par la sélection génomique. D’autres disciplines lui sont intimement liées, telles que le phénotypage, l’épigénétique, la nutrigénomique et la métabolomique.

La sélection génomique est, sans conteste, la discipline de la génomique pour laquelle les applications concrètes sont les plus développées actuellement. Elle est beaucoup plus efficace et plus précise que la sélection génétique classique, car elle ne fait pas d’hypothèses statistiques sur les gènes et leurs effets, mais intègre l’information de l’ensemble du génome au travers de marqueurs. Pour autant, la précision de la sélection génomique dépend de la population de référence, qui a pour objet d’établir les relations entre le génotype et le phénotype des animaux, avec l’idée qu’elles sont extrapolables au reste de la population. Elle est d’autant plus élevée que l’effectif est de taille suffisante ou que l’héritabilité du caractère est forte.

Serge Trouillet

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1474 du 9 décembre 2011 en pages 25 à 30

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK