Gaspillage alimentaire : les acteurs qui agissent

17.10.2013 à 06:00:00 |
©

Comment limiter le gâchis alimentaire ? L’Association nationale de développement des épiceries solidaires (Andes) et du Centre d’information des viandes (CIV) ont leurs idées.

La première journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire a eu lieu le 16 octobre 2013. Elle a été initiée par le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire dans le cadre du plan “anti-gaspi”, lancé en juin. L’objectif est de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici à 2025. Et de s’appuyer sur les divers acteurs de la chaîne alimentaire, dont les filières de récupération des aliments invendus et les associations d’aide alimentaire.

La Société vétérinaire pratique de France (SVPF) a réuni, pour sa deuxième séance sur le gaspillage, plusieurs experts qui ont exposé les enjeux socio-économiques et leurs objectifs. L’Association nationale de développement des épiceries solidaires (Andes), présidée par Jérôme Bonaldi, prône l’économie solidaire non délocalisée et l’accès aux fruits et légumes pour les plus pauvres. Seuls 6,5 % des bénéficiaires de l’aide alimentaire en consommeraient. Le réseau veut lutter contre l’exclusion sans pour autant favoriser l’assistanat. Il distribue des produits de consommation courante à 30 % (au maximum) du prix usuel et veut optimiser l’acheminement des denrées.

De son côté, Michel Rosner, directeur du Centre d’information des viandes (CIV), pointe les définitions variables (alimentation durable, sécurité alimentaire, impact environnemental) et s’interroge sur les divers chiffres du gaspillage : 79 kg par an seraient gâchés par ménage selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) tandis que le groupe Albal, spécialiste de l’emballage, estime qu’il s’élève à 90 kg par an. S’agit-il de gaspillage alimentaire ou de gaspillage des ressources, et par rapport à quel critère ? Le CIV voit au moins deux terrains d’actions pour le limiter : le champ organisationnel (filières, entreprises, foyers) et celui des valeurs (normes comportementales, sensibilisation). L’évolution des usages alimentaires est complexe. Pour la viande, la sélection génétique et l’évolution des pratiques d’élevage ont permis de réduire la part du gras (donc des déchets). Mais entre la recherche et la mise en place sur le terrain, des dizaines d’années ont été nécessaires.

Clarisse Burger

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...