Fièvre aphteuse: l’explosion de la souche A au Moyen-Orient inquiète les spécialistes

10.07.2009 à 10:00:00 |

Depuis la terrible épizootie de fièvre aphteuse qui a frappé leRoyaume-Uni en 2001, cette maladie hautement contagieuse desartiodactyles a cessé de faire la “Une”des journaux en Europe.

Pourtant, si la plupart des pays de l’Union – dont la France – sont déclarés indemnes de fièvre aphteuse sans vaccination par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), plus d’une centaine d’autres sont toujours touchés par ce fléau.
Dans de nombreuses parties du globe, la maladie reste endémique, ont rappelé les spécialistes réunis à Asunción, au Paraguay, du 24 au 26 juin 2009. Les experts ont réfléchi aux moyens de parvenir à un contrôle mondial du virus.

Faute de maîtrise mondiale,aucun pays n’est à l’abri

Selon Jef Hammond, de l'Institut piour la santé animale de Pirbright (Royaume Uni), c’est au Moyen-Orient que la recrudescence du virus de sérotype A est la plus manifeste. Trop loin pour menacer les exploitations européennes ? Pas si sûr, comme en témoigne l’adoption par la Commission européenne, fin avril à Rome, d’une feuille de route régionale de lutte contre la fièvre aphteuse (EuFMD), en réaction à la grave épidémie moyen-orientale du début d’année.
Ce plan vise précisément à empêcher la propagation du virus vers l’Europe et l’Afrique du Nord. En effet, nul ne doit se sentir à l’abri tant que le virus n’est pas maîtrisé partout, ont insisté les experts rassemblés à Asunción, raison pour laquelle la conférence s’intitulait « Vers le contrôle de la maladie à l’échelle mondiale ».
Ce contrôle est rendu difficile par l’existence de sept souches du virus, dont chacune requiert une souche vaccinale spécifique pour assurer l’immunité d’un animal vacciné. Or, selon le constat de Jef Hammond, il existe une asymétrie dans les efforts pour identifier les vaccins adaptés dans chaque région touchée. Il a ainsi déploré un manque d’information sur les souches vaccinales efficaces en Afrique.

C Almendros

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1368
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK