30/09/2013 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Fièvre catarrhale ovine

Explosion de foyers en Sardaigne

Depuis la mi-juillet 2013, la Sardaigne fait face à une épizootie de FCO. Plus de 3 000 exploitations sont atteintes.

Alors que la Corse commence à compter ses foyers de fièvre catarrhale ovine*, tous les regards épidémiologiques se tournent désormais vers sa voisine, la Sardaigne. Cette île est en effet pointée du doigt comme responsable de la diffusion du sérotype 1 de la blue tongue, autant par les Corses que par le reste de l’Italie, Sicile en tête, en raison d’un manque de communication officielle.

Alors que les derniers cas cliniques sardes remontent à 2010, des séroconversions aux sérotypes 1, 2, 4 et 16 sont régulièrement enregistrées au cours des procédures de surveillance épidémiologique. Une nouvelle vague clinique s’est déclarée à partir de la mi-octobre 2012, et une quinzaine de foyers ont été confirmés mi-novembre dans le sud et l’est de l’île. Depuis, l’affaire s’est tassée, seulement 11 foyers en janvier, 2 en février, et la décision de vacciner autour des foyers à partir d’avril.

À Tortoli, au centre-est, après un premier cas notifié le 12 juillet, pas moins de 300 foyers y étaient signalés le 20 août, dont 60 confirmés. Même constat dans toute l’île : une véritable explosion clinique s’y déchaîne depuis la mi-juillet. En date du 5 septembre 2013, l’Istituto zooprofilattico sperimentale della Sardegna faisait état d’un total de 869 cas confirmés et de 1 674 suspicions. Une semaine plus tard, il est question de 3 000 élevages probablement infectés, répartis dans toute l’île.

Des foyers confirmés également en Haute-Corse
Le 12 septembre, la région sarde a voté un décret pour débloquer 18,5 millions d’euros en urgence, afin de financer les mesures de lutte contre la maladie. La vaccination est obligatoire et prioritaire dans une zone tampon de 4 km autour des foyers, à proximité géographique ou atteints en 2012.

À 12 km plus au nord, la Corse-du-Sud a suspecté ses premiers cas cliniques début septembre, et c’est désormais toute l’île de Beauté qui se sent menacée, car des foyers sont confirmés également en Haute-Corse. Drame sur l’île qui n’avait plus noté de séroconversion depuis plusieurs mois et commençait à espérer atteindre le statut “indemne” détenu par la France continentale. L’avenir est au retour d’une vaccination généralisée dans les six prochains mois, afin de sauver ce qui peut l’être.

Stéphanie Padiolleau

* Voir La Semaine Vétérinaire n° 1551 du 13/9/2013 en page 20.

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité