Exercer en groupe

04.06.2012 à 06:00:00 |
©

Associations ou réseaux de cabinets, regroupements de cliniques, etc., la tendance est à la mutualisation des moyens et des compétences. Plusieurs praticiens qui ont décidé aujourd'hui de travailler dans des structures vétérinaires multisites expliquent leur choix.

Les regroupements de structures vétérinaires se développent sous toutes les formes. S'associer pour partager son savoir-faire, pour optimiser son activité, pour mutualiser ses moyens et pour développer des synergies, tels sont les objectifs que de plus en plus de praticiens libéraux voudraient atteindre.

Cependant, ces nouvelles organisations doivent être conformes au Code de déontologie et le nombre de domiciles professionnels d'exercice (DPE) reste limité. Si bien que les chaînes de cliniques et les holdings resteront en gestation tant que les décrets d'application de la loi ne seront pas pris.

Pas si simple de se projeter dans un cadre en pleine mutation lorsque l'on exerce en libéral. D'une part, l'ouverture par ces regroupements aux capitaux extérieurs non vétérinaires fait peur ou dérange. D'autre part, une question importante est posée : quelle place ces chefs d'entreprises de réseaux laissent-ils à leur exercice, à savoir soigner les animaux ?

Serge Trouillet, Marc Pouiol, François Pouzaud, Stéphanie Padiolleau

Pour plus d'informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1498 du 1er juin 2012 en pages 27 à 33

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK