Exercer au Canada

25.02.2013 à 06:00:00 |
©

Modèle nord-américain oblige, la pratique entre la France et le Canada connaît des différences. Le travail en équipe, mis en avant dès l’université, est promu au sein des structures privées entre tous les intervenants. Les services à la clientèle sont l’une des préoccupations majeures des médecins vétérinaires.

Cette approche, qui vise à l’établissement de liens de confiance entre clients et praticiens, mais aussi entre les professionnels eux-mêmes, tire la profession vers le haut. Un effet boule de neige.
 
L’une des différences de l’exercice entre la France et le Canada est l’existence du statut de technicien en santé animale (TSA). En pratique canine, il assiste le vétérinaire lors des consultations, assure la contention, administre des médicaments oraux (sur prescription), effectue certaines injections, pose les cathéters intraveineux, surveille les perfusions, assiste les chirurgies, veille sur les animaux hospitalisés, etc. Il reste sous la supervision du médecin vétérinaire qui décide de déléguer des actes, en respectant un règlement instauré par l’Ordre.

Clémentine Deny

Retrouvez d’autres particularités de l’exercice au Canada dans le dossier de La Semaine Vétérinaire n° 1528 du 22/02/2013 en pages 23 à 28

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK