09/10/2013 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Votre équipe

Éclairages sur le travail de nuit

Le recours au travail nocturne est fixé par une convention ou un accord de branche étendu, selon le secteur d’activité. Il répond à des impératifs de protection, de sécurité et de santé des salariés.

La convention collective des vétérinaires praticiens salariés (convention n°3332) définit précisément le cadre du travail de nuit pour le personnel vétérinaire.
 
Définition
Le recours au travail de nuit est exceptionnel (article L.3122-32 du Code du travail). Il est justifié dans la profession vétérinaire par l’obligation de continuité des soins et par les impératifs de santé animale et de sécurité sanitaire. Il est mis en place sous certaines conditions par la convention collective. Le travail de nuit se situe entre 22 h et 7 h, en application de la convention collective et conformément à la législation (article L.3122-29 du Code du travail).

Salariés concernés
Tout salarié majeur, homme ou femme, peut travailler la nuit. Des mesures particulières de protection s’appliquent à la femme enceinte travaillant de nuit. Sont concernés les salariés dont l’activité nécessite d’être exercée la nuit, de manière régulière. Ne sont pas concernés ceux qui interviennent de manière ponctuelle, notamment dans le cadre des périodes d’astreinte.

Ainsi, est travailleur de nuit tout salarié qui accomplit :
- soit, au moins deux fois par semaine, 3 heures de son temps de travail durant la période de 22 h à 7 h ;
- soit, au cours d’un mois, un nombre minimal de 22 heures de travail entre 22 h et 7 h.

Durées maximales
La durée quotidienne du travail de nuit ne peut excéder 8 heures en application du Code du travail. Mais la convention collective a porté l’amplitude quotidienne à 12 heures, comme l’autorise la loi (article R.3122-9). Cette dérogation à l’amplitude légale du travail de nuit est justifiée par les activités de garde, de surveillance et de permanence caractérisées par la nécessité d’assurer l’obligation de continuité des soins et des impératifs en matière de santé animale et de sécurité sanitaire.

Jean-Pierre Kieffer

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1554 du 4/10/2013 en pages 44 et 45.

Les dernières réactions

  • 06/11/2013 à 14:21

    alerter
    Article très interessant. Merci.

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité