Dopage équin : deux nouvelles substances détectées

02.08.2013 à 06:00:00 |
©

Chaque année, de nouvelles substances sont identifiées lors des contrôles antidopage chez les équidés. Elles sont souvent originaires de la pharmacopée humaine. Pour cette année 2013, le laboratoire des courses hippiques de la Fédération nationale des courses françaises (LCH) révèle pour la première fois la présence de la lamotrigine et de l’aminorex, selon un communiqué de presse daté de juin 2013.

La lamotrigine est un thymérégulateur qui est utilisé en médecine humaine comme anticonvulsivant essentiellement et pour traiter certaines formes de troubles bipolaires. Elle est bien entendu prohibée par les codes des courses, « car susceptible d’agir sur un ou plusieurs des systèmes corporels des mammifères, notamment le système nerveux », développe la Fédération nationale des courses françaises.

L’aminorex est proscrite pour ces mêmes raisons. C’est une substance anorexigène, qui possède des propriétés stimulantes proches des amphétamines. Si sa présence est détectée pour la première fois dans les échantillons biologiques soumis au laboratoire des courses en France, elle a déjà été relevée dans l’espèce équine depuis quelques années, par exemple au Canada. L’Agence canadienne du pari mutuel s’en était d’ailleurs émue dans les années 2000 (premiers tests positifs en 2004 au Canada), suite à un nombre non négligeable de tests positifs et afin d’en trouver la source.

Marine Neveux

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK