Diminution des antibiotiques : et si l’exemple venait des Pays-Bas ?

07.12.2011 à 06:00:00 |
©

Si les travaux de lutte contre l’antibiorésistance s’accélèrent en France, comme en témoignent les différentes présentations consacrées à ce sujet lors des journées de l’Association française de médecine vétérinaire porcine (AFMVP) les 1er et 2 décembre 2011 à l’ENV d’Alfort, qu’en est-il ailleurs ?

Notre confrère Bas Kolpa explique qu’aux Pays-Bas, un plan national de réduction d’utilisation des antibiotiques a été instauré en 2009, avec des échéances de réduction de 20% fin 2011 et de 50% en 2013.

Il indique que si ces objectifs ne sont pas atteints, les vétérinaires pourraient perdre leur droit de délivrance. Depuis le 1er janvier 2011, les prescriptions vétérinaires par élevage sont soumises à déclaration obligatoire aux pouvoirs publics via le système informatique VetCIS. Aujourd’hui, plus de 99% des cheptels sont sous surveillance. Les résultats de cette fin d’année montrent une réduction d’emploi des antibiotiques de 25% par les vétérinaires. L’accent a été mis sur la biosécurité, les stratégies alimentaires et la vaccination.

La vente d’antibiotiques représente environ 8% du revenu d’un praticien

Nos confrères néerlandais disposent également de référentiels de molécules utilisables par espèce et par affection. La tendance est également au traitement individuel des seuls animaux malades plutôt qu’au traitement collectif. Bas Kolpa indique qu’aujourd’hui, la vente d’antibiotiques ne représente qu’environ 8% du revenu d’un vétérinaire praticien. 50% proviennent de son activité de conseil, et le reste de cours en université ou de participation à des études de laboratoire. Notons aussi que nos confrères ont l’obligation d’aller tous les mois dans les élevages dont ils sont responsables (soit 12 visites au minimum par an et par élevage facturées 120 à 200 € de l’heure).

Nathalie Devos

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1474 du 9 décembre 2011 en page 18

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK