Développement durable : faire face aux enjeux sociétaux

Charlotte Devaux | 09.03.2017 à 11:43:42 |
Une vache dans un champ près d'une éolienne
© Frédéric Decante

Le développement durable deviendrait-il une réelle opportunité pour redonner à la profession vétérinaire une place de premier ordre dans la société, alors qu’elle traverse une crise d’identité?? Les vétérinaires ont toutes les cartes en main pour communiquer leurs valeurs à plus grande échelle, grâce aux nouvelles technologies, pour mieux s’approprier et faire évoluer leur responsabilité sociétale, et pour appréhender les futurs enjeux sociétaux, économiques et environnementaux.

Le développement est dit durable s’il répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Il s’intéresse à l’humain, à l’environnement et à l’économie. C’est l’un des principaux défis pour l’humanité et nous avons tous un rôle à y jouer individuellement pour préserver le futur de la planète. Les professions en tant que corps intermédiaire entre l’État et les individus ont aussi une place à prendre dans ce processus inéluctable et elles ont tout à y gagner en matière d’image publique.

La crise d’identité de la profession, une crise d’image ?
Être vétérinaire confère un statut à vie et une identité professionnelle que peu de personnes choisissent de quitter. Cependant, avec l’augmentation du niveau d’instruction de la clientèle et le développement du sens critique, l’autorité des professionnels de santé que sont les vétérinaires est souvent remise en question face aux informations fournies par Internet. Le vétérinaire n’est plus reconnu comme un sachant et peut ressentir un sentiment de déclassement. De plus, certaines professions (ostéopathe animalier, éducateur comportementaliste, éleveur qui donne des conseils en nutrition, etc.) mettent à mal son monopole sur la santé et le bien-être des animaux. Il voit alors son utilité et sa légitimité dans la société remises en cause, ce qui aboutit à une crise d’identité professionnelle.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 36-41 de La Semaine Vétérinaire n° 1710.

Charlotte Devaux
2 commentaires
avatar
Alba94 le 09-03-2017 à 18:01:00
"l’autorité des professionnels de santé que sont les vétérinaires est souvent remise en question face aux informations fournies par Internet" : quand les vétérinaires, et les médecins d'ailleurs, changeront-ils enfin de point de vue et considéreront-ils que le fait que les gens se renseignent sur internet est une bonne chose (réflexe que nous-même soignants avons d'ailleurs probablement pour la plupart dans d'autres domaines qui nous sont moins familiers...), qui montre leur implication pour chercher à comprendre ce qui leur arrive, à eux ou à leur animal, et qui peut être utilisée comme un outil efficace pour construire une bonne relation, comme un indicateur qu'il faut adapter le niveau d'informations et le temps passé avec chacun, plutôt que de le voir comme une mise en cause ?!?
avatar
Guillaume Collignon, Vétérinaire le 14-03-2017 à 13:37:22
A mon avis, dans le cas de notre profession, le malaise vient plutôt de l'intérieur. Nous râlons contre les concurrents +/- illégaux (ne parlons même pas des "dentistéquins"...) mais sommes incapables d'adopter des lignes de conduite claires et surtout communes, et encore moins de nous donner les moyens de faire respecter ces fils conducteurs par tous les confrères et les para-vétérinaires.
Le manque de cohésion, d'unicité et de solidarité de la profession amène chacun à tenir son propre gouvernail dans sa propre direction sans se soucier des besoins du confrère voisin.

Quant au développement durable, d'accord, mais par quels moyens concrets ? En-dehors des petites choses à la portée de chaque corps de métier, quel pourrait être spécifiquement le rôle important que nous pourrions jouer, nous et nous seuls ?
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK